arfore, un art de la conscience.

L’art consiste à différencier les énergies, les dés-emmêler, car à l’intérieur du corps et de la tête, c’est la plupart du temps en un brouhaha qu’elles s’expriment. Ouvrir sa conscience à l’expérimentation de ces énergies, à leur différenciation, est un acte artistique, en ce qu’il donne forme à une force.

La virtuosité de l’artiste réside dans la conscience, son agilité, sa lucidité, sa subtilité, sa capacité à déceler, à devenir un instrument d’authenticité. Le critère artistique de ce travail réside en la pureté de chaque énergie et en la force archétypale de son expression. L’art réside donc dans le décodage intérieur, puis dans la carte blanche donnée à l’énergie présente, et enfin dans compréhension de la façon dont les énergies s’articulent, dans l’établissement de cette cartographie.

L’art est expérience, c ‘est à dire, quelque chose qui transforme celui qui la vit … c’est faire de sa propre personne une œuvre d’art, c'est-à-dire un être le plus vivant possible, le plus conscient possible, puisque la conscience semble être, avec l’invention, ce qui caractérise l’être humain…. Le plus créatif possible.

… c’est une perpétuelle attention à permettre au vivant de fleurir, de s’épanouir et de se reproduire.

Pour être vivant il faut se dépasser dans quelque chose qui n’existe pas encore et dont on ne sait pas encore ce que ça va être. C’est exactement ça, l’art de la conscience.

Ou comment donner forme à la grande foire de nos archétypes, à leurs polarités…  A l'écologie que nous tentons de faire régner dans nos fors intérieurs… et dans nos relations à l'autre.