elisabeth-douillet-voice-dialogue-france.jpg

Bio d'Elisabeth Douillet

Artiste du spectacle vivant, à la fois comédienne, chanteuse, instrumentiste, performeuse, Elisabeth choisit d’abord la voie de l’architecture, véritable pont entre sa fibre artistique et sa fibre scientifique.

Elle développe pendant 20 ans l’atelier d’architecture et de scénographie Babel avec son associé Michel Seban.

Elle se spécialise dans les équipements publics à vocation culturelle, réalise notamment le Gallia Théâtre, à Saintes ou la Médiathèque Marguerite Yourcenar à Paris, crée le dispositif scénique d’ “Une Eclipse totale de Soleil” pour le chorégraphe François Verret, ou encore les décors pour une Traviata montée par le metteur en scène Antoine Bourseiller à l’Opéra de Nancy.

La diversité est son crédo: Elle construira aussi une usine pour Thierry Mugler, l’Hôpital européen de Paris la Roseraie, des ensembles de logements sociaux… (www.babelarchitecture.com).

Au cours des années 2000 Elisabeth opère un virage à 180°, période de transition foisonnante qui s’étalera sur plusieurs années:

Elle suit le cursus complet de comédienne à l’Ecole  Blanche Salant , Paris.

Elle se forme au chant lyrique auprès de Mireille Julian et de Marie-Jeanne Rodière et participe à de nombreux stages de pratique vocale tel le Roy Hart.

Elle reprend la pratique instrumentale avec le gamelan Javanais au sein du groupe Sekar Wangi de l’association Pantcha Indra qui a pour vocation de faire rayonner les arts indonésiens en France(www.pantchaindra.com), et séjourne plusieurs mois à Solo (Java centre) pour pratiquer cet art auprès du dalang Sri Joko Rahardjo.

Dans le même temps elle explore différentes pratiques dans le champ de la relation humaine, véritable fil rouge de son parcours professionnel et artistique :

Elle suit le cycle “Les Pratiques de médiation” au CNAM Paris,  auprès de Jacques Salzer, Catherine Vourch, Sylvie Adijès...;

Elargit sa formation au CMFM avec  Jacqueline Morineau.

Se forme également à la pratique du Voice Dialogue, auprès des fondateurs Hal et Sidra Stone, et de Marie-Danielle Koechlin.

La rencontre avec cette artiste plasticienne, est déterminante. Ensemble elles fondent arfore www.artdelaconscience.com, un atelier de recherche qui embrasse les champs artistiques, scénographiques et relationnels.

Elles créent, entre autres :

  • “Blanche biche sur lit de groseilles”, performance
    présentée à l’université de Lausanne dans un congrès sur le cannibalisme,
    et à la galerie Aréa, Paris

  • “Entre Mère et mères”
    Installation présentée aux Abattoirs d’Avallon - Exposition “Maternité dernier tabou”, commissaire Diana Quinby

  • “Les Enfants de Lazare” , vidéo 25 mn
    Colloque “La Reconnaissance “ Université Paris 8

  • O Cacaoh ! Performance, Paris 2010 - Projet "Toillettes pour Tous" par Gyohei Zaitsu, Danseur Buto

Parallèlement à cette collaboration Elisabeth poursuit sa carrière d’artiste:

En tant que comédienne et chanteuse elle travaille sur plusieurs spectacles de théâtre musical, du metteur en scène Jacques Gomez, dont “Fables, ou comment l’esprit ne leur vint pas”, “Quatre sous sur un tapis “, “Les Misérables” ou encore “Béthanie ou les anges du péché”.

En tant que musicienne, avec le groupe Sekar Wangi, on l’entend dans le spectacle “Java” à Auditorium Musée Guimet et au Musée du Quai branly; dans “l’enlèvement de Sinta” spectacle Wayang Kulit au Centre Mandapa, Paris.

ILS ONT DIT D'ELLE

"A chaque réalisation elle se joue sa petite pièce de théâtre dont les ingrédients sont un lieu, un client, des utilisateurs, une fonction… Les idées toutes faites, la méthode intangible, ça n'est pas sa tasse de thé. Le passage à la forme, ce "moment bizarre" au cours duquel l'histoire prend corps est un aboutissement."

Emmanuel Dupuy, D'A mars 1995

"Elisabeth est intensément présente et communicative. son apport dans une équipe est tout à la fois dynamique et pondéré"

Jean Vermeil, journaliste d'architecture

"Derrière la rigueur et la détermination d'Elisabeth D. se cache une joueuse inventive aux talents surprenants…"

Jacques Verroust, chroniqueur photographe

“A mulher mais linda que ja conheci”

Celso Pedroso, brésilien amoureux

elisabeth-douillet-sekar-wangi.jpg